• Jours d'ouverture :
    Lundi : 14h - 18h.
    Du mercredi au dimanche : 10h - 18h.
    Place de la République 59000 Lille
  • Tél : 33 (0)3 20 06 78 00

Gimignano, vers 1460 – Florence, 1513

ENVOYER CET ARTICLE :




La Vierge à l’églantine
Huile sur bois
Vers 1485
60 x 34,5 cm
Achat Salomon, 1878
Inv. P. 779

L’œuvre proviendrait de la salle des Directeurs de la monnaie à Florence. Elle s’inscrit dans la tradition subtile et intellectuelle de l’art florentin du nouveau rendu de la lumière, des volumes et de l’espace, qui se met en place dans les premières décennies du XVe siècle, comme en témoignent le modelé et la douceur des carnations des visages de la Vierge et de l’Enfant. Mais l’œuvre rend compte également d’une sensibilité à la peinture flamande de la même époque : le sens du détail des fleurs ou du tapis au premier plan et le paysage panoramique qui se dégrade dans les tons vert et bleu, agrandissant ainsi la perspective à l’arrière du tableau, et qui rappelle l’œuvre du peintre flamand Hugo Van der Goes (vers 1435-1482). Le bouquet d’églantines - roses sauvages blanches à cinq pétales- est associé à la virginité de la Vierge et aux cinq blessures du Christ. Hugo Van der Goes était connu à Florence par le Triptyque Portinari, commande d’une famille de banquiers, agents des Médicis à Bruges, et qui avait montré les possibilités de la peinture à l’huile, invention flamande, reprise à son tour par les peintres italiens au XVe siècle.

© Palais des Beaux-Arts - Photo : Hugo Maertens